News

Paris, un leader qui assume

foto

Après être grimpé sur la première marche du podium de la Ligue 1 il y a deux semaines, le PSG a remporté une quatrième victoire consécutive à Ajaccio, dimanche (3-1). La sérénité dont les Parisiens ont fait preuve invite à penser qu’ils sont armés pour maintenir leur rang.  

En toute modestie…

Dimanche, Paris était le plus fort et s’est donc imposé logiquement sur la pelouse de l’AC Ajaccio (3-1), modeste promu aujourd’hui relégable. Il a ainsi conservé son avance sur ses principaux poursuivants lyonnais (3 points) et lillois (4 points), s’offrant même le plaisir d’étendre son écart avec l’Olympique de Marseille à 14 points.  

 

Alors que la différence de niveaux entre le club de la capitale et celui de l’ouest de la Corse aurait pu inciter les plus forts à penser le match gagné d’avance, les hommes de Kombouaré se sont au contraire distingués par leur sérieux. Une implication symbolisée par leur but ultra-rapide (dès la 2e minute de jeu), mettant fin à la série de 9 matchs consécutifs sans réalisation dans la première demi-heure.  

 

« On se savait supérieurs, et on a été professionnels », souligna l’entraîneur tricolore au micro de Lequipe.fr après la rencontre. « Il faut rester humble, continuer à garder la tête sur les épaules, ne pas s’enflammer, et puis avancer. » Le discours du Kanak a le mérite d’être clair : ses joueurs ont suffisamment de talent pour continuer ainsi, le seul danger réside donc dans leur éventuel suffisance.  

 

Un jeu plus fluide, toujours vers l’avant  

Au vu des prestations parisiennes depuis le début de la saison, cette ligne de conduite, construite autour du seul état d’esprit, paraît réductrice. Mais en Corse, les Parisiens ont montré de nets progrès dans le jeu. Décidant de jouer dans le camp adverse, ils ont pris à la gorge des Ajacciens timorés, réussissant à se créer de nombreuses occasions sans avoir forcément recours aux exploits individuels de Pastore (auteur d’un match timide) ou de Ménez (suspendu).  

 

Guères ébranlés par la concession de l’égalisation, ils ont sans cesse cherché à aller de l’avant pour reprendre l’avantage, d’abord, et pour le creuser au maximum, ensuite. Ce souci de ne pas endormir le match, de perpétuellement chercher à créer le danger offensivement permit aux Parisiens de s’offrir une fin de rencontre exemptée de sueurs froides, tant Ajaccio se révélait incapable de contrer.  

 

Des doutes qui se changent en certitudes  

Malgré tout, on aurait tort d’oublier qu’à des moments cruciaux de la partie, les hommes de Pantaloni ne furent pas loin de sérieusement ébranler la confiance parisienne. Nenê sauva sur sa ligne une balle de 2-1 envoyée par Socrier (33e), avant que Sirigu ne s’emploie pour dévier en corner une magnifique reprise du même homme (47e). Le fait est que la défense francilienne, qui a encore été modifiée (retour de Sakho à côté de Camara, préférence d’Armand sur la gauche), n’envoie pas que des signaux rassurants. Pourtant, à l’image d’une équipe aux nombreux paradoxes, elle est celle, parmi toutes les formations de L1, qui a encaissé le moins de but depuis le début du championnat. Un autre argument susceptible de relativiser la forme parisienne du moment est celui qui consiste à dire qu’un succès chez le 19e du classement n’a aucune valeur. Mais en Ligue 1, qui plus est à l’extérieur, aucun match n’est gagné d’avance. Aussi, à l’image de cette défense fragile qui est pourtant la meilleure du championnat, le point négatif change de valeur : réussir à rendre une victoire anecdotique par la facilité avec laquelle on l’a acquise, c’est finalement un signe très fort.  

 

 

football.fr


« RETOUR

Pastore Javier

Pastore Javier
  • Club actuel: Paris Saint-Germain
  • Date de nais.: 20/06/1989
  • Nat.: Argentino / Italiano
  • Mediocampista Ofensivo

 
borde
Compartir: Compartir en Facebook Compartir en Twitter Compartir en Linkedin
Seguinos en: Seguinos en Twitter Seguinos en Youtube Seguinos en Facebook Compartir en Linkedin Google+ Follow Me on Pinterest